RETOUR

‍5 leviers pour faire face à la pénurie de chauffeurs routiers dans la logistique

‍5 leviers pour faire face à la pénurie de chauffeurs routiers dans la logistique

💌
Abonnez-vous
à notre newsletter

Cliquez ici !

En France, la pénurie des chauffeurs routiers atteint 50 000 personnes. Avec une profession en manque d’attractivité et une population de travailleurs vieillissante, ce déficit de main-d’œuvre risque de s’aggraver. De plus, avec l’expansion du e-commerce, le secteur recherche aujourd’hui 2 fois plus de conducteurs qu’en 2017. Du coup, 53% des transporteurs rencontrent des difficultés pour le recrutement de chauffeurs poids lourd. Pourtant, le pôle logistique et supply chain représente 10% du PIB français et le transport routier achemine 90% des livraisons de marchandises dans l’Hexagone. Alors, explorons les solutions possibles pour endiguer ce phénomène.  

Observer les causes du déséquilibre entre offre et demande

D’après le dernier rapport de l’IRU (l’Union internationale des transports routiers), seulement 7% des chauffeurs routiers ont moins de 25 ans. Et ¼ des conducteurs n’ont pas passé la cinquantaine. Cela présuppose une grande vague de départs à la retraite, alors que l’activité ne cesse de croître avec l’explosion du e-commerce. 

« On veut avoir 7 à 8 chauffeurs SPL. Entre le e-commerce et les commandes classiques, la demande est très forte, on a le travail et le matériel, mais il nous manque l’élément clef : les chauffeurs ».
Jérémy Mathorez, patron de Yona Transport

Le personnel en poste estime que la pénurie de conducteurs est due au manque d’attractivité de la profession auprès des jeunes. Outre la pénibilité présumée, le métier de chauffeur routier présente plusieurs inconvénients aux yeux des nouvelles générations. Par exemple, les longues périodes d’absence du domicile.

Pourtant, leurs conditions de travail en matière de confort et de sécurité se sont améliorées depuis quelques années :

  • GPS ; 
  • Régulateur de vitesse ;
  • Temps de repos hebdomadaire obligatoire de 45 heures consécutives ; 
  • Droit à l’hébergement en zone sans aire de repos…

Ce déséquilibre entre nouveaux candidats et départs ne touche pas que la France. L’Allemagne, 1er employeur du secteur transport/logistique en Europe, connaît elle une pénurie de 100 000 conducteurs

Par ailleurs, le métier nécessite de suivre une formation exigeante et de passer un examen spécifique. Ce prérequis ajouté à la baisse de popularité de la profession finit de décourager les candidats.

Rester à l’écoute d’une branche en colère

La pénurie des chauffeurs routiers présente des similitudes avec celle des aides à domicile. Comme elles, ils font partie des "travailleurs de deuxième ligne" qui ont dû maintenir leurs services pendant le premier confinement. Ils ont travaillé malgré la fermeture des frontières, l’impossibilité de rentrer chez eux et tout le contexte anxiogène de la première vague. De ce fait, ils attendent encore aujourd’hui une reconnaissance promise depuis 2020.

Leurs espoirs de récompense concernent bien évidemment les salaires, mais aussi leurs perspectives d’évolution.

« J’ai vingt ans d’ancienneté, je suis à 11,32 euros de l’heure. »
Michel Dufeil – chauffeur au sein de la société Stef Chateaubourg 

À cela s’ajoutent des difficultés structurelles liées à l’augmentation du carburant. Entre mars 2021 et mars 2022, le gazole a augmenté de 70%. Ce choc pétrolier impacte fortement la rentabilité des entreprises du transport et de la logistique, déjà affaiblies par la hausse des prix des pneumatiques, des pièces détachées, des péages, du matériel… 

« Je ne pensais pas qu’après avoir subi la tempête de la Covid, nous serions aussi vite confrontés à une nouvelle crise liée à la flambée du gazole. »
Julien Thevenot – président des transports Barbier

Dans ces conditions, difficile de satisfaire les espoirs des chauffeurs routiers. Pourtant, pour éviter que leur agacement ne s’enracine, une revalorisation de leurs revenus et de leurs conditions de travail semble plus que nécessaire. Et si la reconnaissance ne peut porter rapidement sur le salaire, commencez par le petit pas du “merci” ! 

Fidéliser les conducteurs et attirer les candidats

La première préoccupation pour les acteurs de la logistique et de la supply chain est d’honorer les commandes, les livraisons, et de garantir l’ininterruption de la chaîne de production.La gestion du sous-effectif dans le secteur du transport représente donc un maillon majeur pour leur compétitivité.

Pour endiguer la rotation des conducteurs et prévenir les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les entreprises imaginent plusieurs solutions. Primes, financement de formations, avantages sociaux… Face aux difficultés de recrutement des chauffeurs routiers, elles possèdent chacune leur recette pour attirer les candidats.

« C’est limite l’entreprise qui est obligée de se vendre. »
Céline Billion – responsable des ressources humaines chez RDV transports

La forme concurrentielle de ce secteur est un terreau favorable au turn-over. Les chauffeurs sont tentés de découvrir d’autres opportunités. Comme tout le monde cherche, ils n’ont aucun mal à trouver. C’est pourquoi des sociétés telles que RDV Transports ont décidé d’offrir des formations avec l’AFTRAL à leurs candidats et d’octroyer des primes ongues distancesux chauffeurs. 

Recourir à la féminisation de la profession pourrait aussi pallier cette pénurie de chauffeurs routiers. Les femmes ne représentent que 3% des routiers. Le public féminin constituerait donc un vivier de recrutement intéressant, même si de nombreux clichés persistent.

Inspirer des vocations, se réinventer, fidéliser, c’est le nouveau leitmotiv du secteur de la logistique et du transport. 

Faciliter le processus de recrutement des chauffeurs routiers

Pour faire face à une absence imprévue ou à un pic d’activité dans l’équipe, il faut réagir rapidement. Si le recours aux contrats de courte durée est courant, les processus de recrutement restent chronophages : en moyenne 6 semaines pour recruter, de l’expression du besoin à la signature du contrat. Alors, l’intérim demeure la solution privilégiée par 22% des employeurs. Toutefois, avoir recours aux intérimaires engendre un coût non négligeable pour les entreprises. 

En effet, la gestion administrative et contractuelle est particulièrement prenante pour la fonction RH. Pourtant, résoudre un remplacement urgent peut avoir lieu plusieurs fois par semaine. Or, les moyens utilisés tels que les e-mails, les appels téléphoniques, les SMS, les tableurs Excel… sont autant de leviers archaïques et peu innovants. Ils s’avèrent désalignés avec la dynamique du secteur du transport. La solution : digitaliser la gestion des besoins en personnel.

La digitalisation apporte à toutes les organisations une facilité de gestion et répond à leur quête de flexibilité, d’autant plus que la réponse à un besoin se trouve souvent en interne. C’est pourquoi nous avons créé le logiciel Andjaro, un outil capable d’apporter aux managers et aux RH de grands groupes, la vue immédiate sur tout le personnel disponible.

Découvrir notre solution

Affronter la pénurie de chauffeurs routiers grâce à ses ressources internes

Trouver la bonne personne au sein même de son organisation en 2 clics, c’est possible ! Car votre propre écosystème d’emploi représente souvent la meilleure façon de gérer les remplacements d’urgence. À travers une application collaborative, il devient facile d’avoir une vue exhaustive sur les collaborateurs internes volontaires et disponibles. Cela peut même susciter des évolutions de postes inattendues.

« On a décidé de former certains de nos employés VL qui sont intéressés afin qu’ils obtiennent leur permis poids lourd. C’est un gain de temps, car on les connaît bien. »
Jérémy Mahtorez – gérant chez Yona Transports Express

Mobiliser le personnel interne permet de mieux maîtriser les coûts liés à la masse salariale. En limitant le recours à l’intérim, les entreprises peuvent aussi faire des économies. Par ailleurs, favoriser le partage de compétences peut offrir aux collaborateurs une diversité d’expérience appréciable. Chez Andjaro, nous calculons aussi le temps de trajet domicile/travail pour respecter la qualité de vie des employés et faciliter les déplacements urgents.

En résumé, pour faire face à la pénurie des chauffeurs routiers, la transformation digitale des outils et process dans le secteur du transport est plus que nécessaire. Elle leur permettra de gagner en performance et de respirer, en attendant d’opérer des changements plus profonds pour redorer le blason d’une profession en manque de popularité.

Comment mieux piloter et réguler l’absentéisme au travail

Les indicateurs de mesure pour le surveiller, et les solutions
incontournables à mettre en place pour l’absorber quelle que soit
votre entreprise.

Image e-book absentéisme Andjaro

Allez plus loin avec d'autres articles de cette catégorie

💌 Abonnez-vous à notre newsletter

Recrutement, gestion des talents, staffing, digital RH... Retrouvez ces sujets ainsi que les actualités Andjaro chaque mois dans votre boîte mail !