Après la montée en puissance des progiciels de gestion intégrée dans les années 2000, la logique du « meilleur de sa catégorie » a séduit de plus en plus d’entreprises dans les années 2010. Alors que s’ouvre la nouvelle décennie, le débat ERP-Best of Breed est-il toujours d’actualité ? Une autre alternative est-elle possible ? Éléments de réponse.
  1. ERP ou la force du « all inclusive »
  2. Agilité et flexibilité, deux points forts de l’innovation RH
  3. Vers une approche mixte ERP-Best of Breed

ERP ou la force du « all inclusive »

Une solution intégrée, capable de standardiser des tâches, d’automatiser les processus RH, et d’unifier l’expérience utilisateur : sur le papier, les ERP (entreprise   ressource planning, ou progiciel de gestion intégré) cochent toutes les cases pour séduire les entreprises. Pourtant, les limites ne manquent pas, à commencer par l’importance de l’investissement – en coût et en appropriation. Les mises à jour régulières de systèmes aussi lourds et complexes représentent également une contrainte financière non négligeable. Last but not least : si certains des modules de la solution ne donnent pas satisfaction, il est généralement très difficile de les remplacer. Bref, la dimension « all inclusive » n’est pas sans défauts structurels ni limites opérationnelles. Fin 2018, le groupe CXP, spécialisé dans l’analyse et le conseil en logiciels et services informatiques et rebaptisé depuis teknowlogy group, a publié son ERP Survey, une enquête de satisfaction réalisée auprès de plus de 500 utilisateurs. Parmi les principaux résultats relevés, le taux de satisfaction globale est de 6,3/10 : si la fiabilité des solutions est mise en avant, certains modules sont mal notés, à l’image de ceux dédiés aux RH ou à la gestion de projet. Une autre critique concerne l’impossibilité, pour un usager sur deux, d’utiliser les fonctions de l’ERP en multi-device. Enfin, la moitié seulement des logiciels installés il y a plus de dix ans sont considérés comme adaptés aux besoins actuels.

Agilité et flexibilité, deux points forts de l’innovation RH

Surfant sur les défauts des ERP, la dynamique Best of Breed« le meilleur de sa catégorie » – a le vent en poupe depuis une dizaine d’années. Pour accompagner le développement de l’entreprise, la DRH recherche aussi des solutions adaptées aux spécificités de secteur d’activité et de ses métiers. D’où l’essor, ces dernières, d’applications logicielles adressant un défi stratégique ou un sujet RH précis. D’après l’estimation du Lab RH, il existerait environ 600 startup RH en France. Pour son président, Yves Grandmontagne, plusieurs facteurs expliquent ce dynamisme : « D’abord, une forte tradition d’innovation en France, qui se retrouve aussi bien dans le domaine des solutions RH que dans d’autres secteurs. Ensuite, les bouleversements qui touchent l’entreprise : les pratiques RH, longtemps structurées par des modèles standards, appellent aujourd’hui davantage d’agilité. » Du processus de recrutement aux formations à la carte, en passant par les indicateurs RH, les Best of Breed visent une expérience collaborateur optimale, et une plus grande efficacité de la fonction ressources humaines. Hyperspécialisées, customisables et flexibles, elles permettent de construire et perfectionner l’environnement professionnel, avec l’ambition de booster l’efficience des salariés et des business units. Pour autant, l’approche Best of Breed présente quelques limites, la première – et non la moindre – étant de trouver la meilleure solution parmi une offre parfois pléthorique pour chacun des enjeux RH…

Vers une approche mixte ERP-Best of Breed

Aujourd’hui, choisir entre un full ERP et une agrégation des meilleures solutions nécessite de se poser quelques questions cruciales. Comment mon entreprise est-elle structurée ? A-t-elle des besoins spécifiques auxquels un ERP ne suffirait à répondre ? Quels sont les processus et activités qui pourraient être améliorés, et de quelle façon les innovations digitales pourraient y contribuer ? En termes de workforce planning et de gestion des talents, l’offre Best of Breed reste particulièrement riche, avec de multiples solutions hyperspécialisées. Le retour d’expérience des dernières années indique une tendance au « détricotage » de l’ERP – dont la contribution à la performance de l’organisation est jugée forte ou très forte par moins de quatre usagers sur dix, d’après le baromètre de CXP –, pour laisser la place à des solutions mixtes, associant des outils de niche à leur colonne vertébrale de gestion informatique. Des outils de niche en phase avec leurs moyens et surtout leur stratégie RH à court et moyen termes, capables de s’interconnecter facilement avec l’ERP. Cette combinaison a l’avantage de permettre aux directions de ressources humaines de bénéficier à la fois de fonctionnalités étendues et d’agilité dans des domaines ciblés – par exemple, la lutte contre l’absentéisme. Des briques complémentaires peuvent être intégrées ou associées à l’ERP RH.
Fin de l’histoire ? Finalement, ce n’est pas le choix entre un ERP ou un Best of Breed qui semble le plus primordial, mais bel et bien celui de l’éditeur de solutions RH et des réponses qu’il peut apporter aux défis RH et stratégiques de l’entreprise. Au-delà de l’aspect purement technologique, c’est ce que va permettre la technologie, sa valeur ajoutée opérationnelle, qui fera in fine la différence.